Agent Général AXA Prévoyance et Patrimoine
118, boulevard de Clichy, 75018 Paris


Tél : 01 45 22 86 34

Que pensez-vous de votre logement ?

Posté le : 06/03/2017

Ce sont les résultats d’une étude Cetelem "Demain tous colocataires ? Des usages multiples de l'habitat", qui a interrogé 1.014 Français. Les plus jeunes, les moins favorisés ou les locataires sont les plus enclins à envisager des usages multiples de leur logement comme la location ou la cohabitation. Cet attachement au lieu de vie concerne surtout les seniors (92%), les propriétaires (90%) et les Français qui occupent une maison individuelle (88%), selon une étude Cetelem. A l'inverse les 25-34 ans (22%), les locataires (28%) ou les personnes vivant en appartement (21%) sont les catégories qui déclarent ne pas être "attachées à leur logement". Le coût, ou encore la surface souvent jugée trop petite du logement, constituent les principales ombres au tableau. Interrogés sur la perception de leur habitat, une grande majorité de Français y voit un bien à léguer à ses enfants (63%) et seuls 5% déclarent louer ou avoir déjà mise en location via une plateforme communautaire leur logement. Selon l'étude, cet usage traditionnel est susceptible d'évoluer dans l'avenir. Par exemple 43% des Français envisageraient demain de louer leur bien pour améliorer leurs revenus, contre 30% actuellement. Même constat pour le télétravail, qui est plus largement associé au logement de demain (54%) qu'au logement actuel (37%), selon l'étude. Pour l'heure, 63% des Français n'ont jamais travaillé à domicile. Par ailleurs, un Français sur cinq déclare vivre ou avoir déjà vécu en colocation, en évoquant le manque d'intimité lié à ce mode de vie et le besoin d'être indépendant. 79% déclarent être réfractaires au principe. Cependant, 49% des Français pourraient envisager de vivre avec leurs petits-enfants, 47% avec leurs enfants en couple, 40% avec des amis célibataires et 34% avec une personne âgée. Globalement, les plus jeunes, les personnes les moins favorisées ou les locataires sont plus enclins à envisager des usages multiples de leur logement.